Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 avril 2014 6 19 /04 /avril /2014 22:51
Repost 0
Published by Le blogue terrestre (c extra !)
commenter cet article
18 avril 2014 5 18 /04 /avril /2014 22:10
Repost 0
Published by Le blogue terrestre (c extra !)
commenter cet article
17 avril 2014 4 17 /04 /avril /2014 11:10

OMBRE-3.jpg

Institut National de la Santé et des Soins Excellence décrit le taux d'infections dans les hôpitaux comme «trop élevé»

 

Conal Urquhart et organismes

The Guardian, Jeudi 17 Avril 2014

   

Une personne sur 16 traitées à un NHS hôpital tombent malades avec une infection, selon un rapport de l'agence de santé du gouvernement. L'Institut National de la Santé et des Soins Excellence (Nice) a déclaré que le taux d'infections, qui sont une "menace réelle" pour la vie des patients, était "trop élevé".

 

Les infections peuvent survenir chez les personnes en bonne santé, surtout si elles sont en cours de chirurgie invasive ou en utilisant des cathéters ou des tubes insérés dans les veines. Les enfants, les personnes âgées et les malades sont encore plus sensibles.

 

Les types courants de l'infection comprennent la pneumonie, les infections des voies respiratoires inférieures, les infections des voies urinaires et des infections du site opératoire.

 

Bien que des mesures ont été prises pour réduire les taux de bugs de l'hôpital comme le SARM et d'infection à Clostridium difficile , d'autres les taux d'infection sont encore trop élevés, Nice a dit. Un porte-parole a déclaré que les médecins et les infirmières doivent "redoubler" efforts d'hygiène à baisser les taux.

 

Belle a établi de nouvelles lignes directrices pour résoudre le problème, y compris conseiller les travailleurs de la santé de se laver les mains soigneusement et fréquemment et utiliser des cathéters ou des dispositifs d'accès vasculaire en toute sécurité et de façon hygiénique.

 

Professeur Gillian Long, vice-directeur général et directeur de la santé et des services sociaux à Nice, a déclaré: «Il est inacceptable que les taux d'infection sont encore si élevé au sein du NHS infections sont un fardeau coûteux et évitable Ils entravent le rétablissement d'un patient, peut faire.. sous-jacente des conditions pires, et réduire la qualité de la vie.

 

"Bien qu'il y ait eu des améliorations importantes au sein du NHS en matière de contrôle de l'infection, en particulier par rapport à Clostridium difficile et les infections à SARM dans les quelques dernières années, les infections nosocomiales sont encore une menace très réelle pour les patients, leurs familles et le personnel soignant et du personnel. Cette norme de qualité donne des services primaires, communautaires et de soins secondaire conseil le plus up-to-date des meilleures façons de réduire les risques d'infections ".

 

Le nombre de décès par le SARM et le Clostridium difficile a diminué au cours des années successives. Selon l'ONS, le nombre de patients dans les hôpitaux en Angleterre et au Pays de Galles qui a succombé à SARM a diminué de 25%, passant de 485 en 2010 à 364 en 2011.

 

Il y avait 2 053 décès liés à la C. difficile infection, comparativement à 2704 l'année précédente. Le nombre de patients décédés après avoir contracté le C. difficile représentait 1% de tous les décès à l'hôpital entre 2009 et 2011.

 

Malgré la baisse dans les deux types d'infection, les autorités sanitaires mettent en garde que l'utilisation excessive des antibiotiques a conduit à une augmentation des nouvelles souches d'infections qui résistent aux traitements.

 

Le gouvernement a révélé le mois dernier que 16 personnes sont mortes dans la région de Manchester au cours des quatre dernières années de très résistant une Klebsiella pneumoniae carbapenemase. La plupart étaient très malades et peuvent avoir été colonisé par les bactéries avant l'admission à l'hôpital. L'infection est résistant aux carbapénèmes - antibiotiques qui, dans de nombreux cas, sont considérés comme le dernier rempart efficace contre les infections bactériennes multi-résistantes.

 

Carol Pellowe, maître de conférences à Guy & NHS Foundation Trust de St Thomas et membre du comité qui a élaboré les normes, a ajouté: "Cette norme de qualité sera promouvoir les meilleures pratiques en matière de prévention et de contrôle des infections et en fournissant des principaux domaines d'action, à encourager les organisations à poursuivre leurs efforts pour assurer la sécurité des patients".

 

http://www.theguardian.com/society/2014/apr/17/patients-nhs-hospitals-infections-health-watchdog

Repost 0
Published by Le blogue terrestre (c extra !)
commenter cet article
17 avril 2014 4 17 /04 /avril /2014 04:27

Gaz-de-shiste.jpg

Avril 16, 2014 23:40

 

 

L'Agence de protection de l'environnement est sous le feu de sous-estimer la quantité de méthane émis lors de l'exploitation du gaz naturel, y compris la fracturation, grâce à une nouvelle étude publiée dans les Proceedings de la National Academy of Sciences (PNAS).



L'étude a 13 co-auteurs de plusieurs institutions universitaires et de recherche, et utilisé un aéronef pour trouver d'importantes sources de méthane et de quantifier les taux d'émission dans le sud-ouest de la Pennsylvanie en Juin 2012. Les auteurs ont découvert que les taux d'émissions par seconde étaient mille fois plus élevée que celle estimée par l'EPA pour la même période de temps.



"Le méthane est le deuxième gaz à effet de serre le plus répandu émis aux États-Unis par les activités humaines," les états de site Web de l'EPA. Le gazcarbonique est le plus répandu, mais il n'est pas aussi dommageable d'un gaz à effet de serre comme le méthane. "Livre pour livre, l'impact comparatif de [méthane] sur le changement climatique est plus de 20 fois supérieur au [gazcarbonique] sur un an 100 période ".



L'objectif de l'étude était d'essayer de comprendre si les mesures de méthane dans l'air diffèrent des mesures prises au niveau du sol, le Los Angeles Times a rapporté. "Les chercheurs ont volé leur avion sur un kilomètre au-dessus d'une zone de 2800 kilomètres carrés dans le sud-ouest de la Pennsylvanie qui comprenait plusieurs puits de gaz naturel actifs. Sur une période de deux jours en Juin 2012, ils ont détecté 2 grammes à 14 grammes de méthane par seconde et par kilomètre carré sur toute la surface. L'estimation de l'EPA pour la région est de 2,3 grammes à 4,6 grammes de méthane par seconde et par kilomètre carré ".



Les chercheurs ont ensuite tracé les fuites de méthane vers leur source; parfois revenir aux puits individuels sur les sites de fracturation en schiste de Marcellus en Pennsylvanie, selon Salon.



«Nous avons identifié un flux régionale importante de méthane sur une grande surface de puits de gaz de schiste dans le sud-ouest de la Pennsylvanie dans la formation Marcellus et encore identifiés plusieurs tampons avec de fortes émissions de méthane," a écrit les auteurs de l'étude dans la section Signification des PNAS. «Ce gaz de schiste tampons ont été identifiés comme dans le processus de forage, une phase de préproduction pas déjà associé à de fortes émissions de méthane ".



Une étude précédente, publiée en Février dans la revue Science, regarda 200 études et découvert l'EPA a été de sous-estimer les émissions de méthane des États-Unis en général, ainsi que de l'industrie du gaz naturel en particulier, l'Université de Stanford a rapporté.

 

«Les gens qui vont et fait mesurer le méthane assez systématiquement trouver plus d'émissions que nous attendons", a déclaré Adam Brandt, un professeur adjoint de génie des ressources énergétiques à Stanford et auteur principal de l'analyse Février.



"Les essais atmosphériques couvrant l'ensemble du pays indiquent les émissions d'environ 50 pour cent de plus que les estimations de l'EPA ... Et c'est une estimation modérée."

 

L'EPA a publié un communiqué mardi en réponse à l'étude de PNAS. L'agence est consciente des divergences et de travailler à les soulager, selon le Huffington Post .



La déclaration affirme, en partie, "Nous sommes au courant d'études qui attirent des conclusions différentes sur le niveau des émissions de méthane du secteur du pétrole et du gaz par rapport à l'Inventaire des États-Unis [gaz à effet de serre]." Il dit aussi, "quantités substantielles de nouveau information sur le secteur du pétrole et du gaz sera disponible dans les prochaines années par un certain nombre de canaux, y compris [effet de serre Gaz de rapports du Programme], études de recherche par diverses organisations, le gouvernement et chercheurs universitaires et l'industrie de l'EPA. EPA examinera avec intérêt des informations et des données de ces études qu'ils deviennent disponibles pour l'incorporation potentiel dans l'inventaire. "



"En outre, les actions prévues dans la stratégie de méthane de l'administration, visant à la fois ascendante et des approches top-down mesure, permettra d'améliorer le niveau général de confiance dans les données sur les émissions de méthane. Nous nous attendons à ce que le travail est effectué, et que la qualité des données produites à partir de ces deux approches est améliorée, nous allons accroître notre compréhension des raisons des résultats divergents actuellement cités ".



En Mars, la Maison Blanche a ordonné à l'EPA d'identifier des moyens de réduire le méthane provenant de la production de pétrole et de gaz, avec de nouvelles règles pour être en place d'ici la fin de 2016, selon le Los Angeles Times.



http://rt.com/usa/methane-emissions-fracking-underestimated-epa-024/

 

Repost 0
Published by Le blogue terrestre (c extra !)
commenter cet article
16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 03:12

 

 

Lorsque un vêtement est sale, s'il est de bons usages de le nettoyer, il n'en est rien de certains... qui ne peuvent l'être (!). Si pour un tissu blanc il est rendu propre à 90° (+ javel, autant que faire se peut) il en est loin d'être de même pour un vêtement de couleur(s) ! Donc, qu'il soit sorti d'une machine à laver, d'un pressing ou des mains énergiques et batifolantes de l'eau des rivières... il est sâââle ! (parce qu'un vêtement de couleur se salit tout autant qu'un de couleur blanche).
 
Donc: nous portons tous les jours... des vêtements sales ! Vêtements qui se voudraient exempt de poussières, germes, virus (transmissibles !) et bactéries pathogènes aux comparatifs des propretés chimiques ou biologiques. Encore que le terme de lavage à 90° n'inclut pas forcément la notion de bouillir - puisque c'est bien à 100° que l'eau bout (sauf à certaines altitudes), - d'où, la présence de malpropretés fussent-elles infimes. Pareil pour certains milieux de types laboratoire ou médical où l'on se doit de porter des vêtements blancs sans que la présence de vêtements de couleurs ne soit retenue en dessous ! (sous-vêtements, etc). D'ailleurs, il est très fréquent de rencontrer des chirurgiens qui portent le calot (tissu blanc ou polypropylène vert) sans que ne soit retenue l'hygiène de pilosité sur le menton (barbe) ! D'où - peut-être - la progression exponentielle de maladies dites nosocomiales qui affectent chaque année 700.000 à 1 million de personnes en France.
 
Évidemment, il n'est pas retenu là l'hygiène des patients qui portent en eux tous les germes de la Terre (accidents, chutes dans une flaque d'eau ou d'autre chose, etc) et qui sont illico-presto via urgences pénétrés en salles et couloirs d'hôpitaux pour un diagnostic préopératoire (en plus de l'exogènécité des lieux déjà bondés). S'il est plus facile d'apporter un degré d'hygiène respectable au personnel soignant et aux locaux, il en est de moins pour les blessés à qui l'on ne peut faire une toilette totale (y compris shampooing) avant la table d'opération.
 
Donc, il va sans dire que nous vivons tous dans une atmosphère infectée (que nous combattons par la présence de globules blancs, entr'autres, qui produisent des anticorps qui éliminent les microbes).
 
Mais, cette immunologie est loin d'être présente dans les poudres à laver, ce qui fait que la ville... sent la ville, et la campagne sent la campagne, et qu'en nettoyage des bronches des poumons l'on a pas encore trouvé mieux que... de ne pas respirer !
Bien sûr, la voiture pollue un million de fois plus qu'une cigarette, bien sûr qu'un avion pollue un million de fois plus qu'une voiture; donc, quelqu'un qui est malade ou qui meurt, la conclusion sera forcément "Fumez-vous ?" Sans que ne soit prise en compte que la personne ait pu vivre à proximité d'une autoroute, rue, boulevard ou aéroport mais seulement qu'elle aurait fréquenté des lieux publics où cette dernière aurait pu croiser incidemment des personnes qui fumaient !!

http://huemaurice7.blogspot.fr/2009/09/tout-propre.html

Repost 0
Published by Le blogue terrestre (c extra !)
commenter cet article
15 avril 2014 2 15 /04 /avril /2014 21:21
Repost 0
Published by Le blogue terrestre (c extra !)
commenter cet article
14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 08:10

Eau-bleu.jpg

C’est une étude choc que viennent de livrer France Libertés et 60 millions de consommateurs : plus d’un litre sur cinq qui transite dans les canalisations s’évapore dans les fuites.

 

1300 milliards de litres d’eau, équivalent à 430 000 piscines olympiques par an, sont perdus dans les fuites des canalisations d’eau, précise le mensuel des consommateurs. Mais le plus incroyable concerne l’inertie des gestionnaires du réseau, tant du côté public que privé : au rythme où l’on renouvelle les canalisations, il faudrait 160 ans en moyenne pour réparer toutes les fuites ! Dans 23% des villes, il faudrait atteindre 500 ans pour en finir avec les fuites si rien n’est fait pour entretenir le réseau ! 1,5 milliards à 2 milliards d’euros par an seraient nécessaires pour colmater ces fuites.

 

L’objectif, fixé dès 2010 par le Grenelle de l’environnement d’arriver en dessous d’un taux de fuite de 15% n’est atteint que dans une ville sur trois. Dans un quart des préfectures ces fuites d’eau dépassent même les 25%, pour atteindre des pics records à Digne les Bains (54%), Bar le Duc (46%) Nîmes (37%) ou Evreux (36%).

 

Les fuites sont rentables

 

Dans ce contexte, comment expliquer la passivité des gestionnaires d’eau ? Interrogé par le site goodplanet.info, un des représentants de la fédération des professionnels de l’eau, après avoir mis en cause un prix de l’eau trop bas à ses yeux, a l’honnêteté de donner une explication réaliste : « Cela coûte plus cher d’éviter des fuites que de produire de l’eau ».

 

Et pour cause, puisque chaque litre d’eau perdu dans les fuites est facturé aux consommateurs ! Selon nos calculs, ces 1 300 milliards de litres d’eau facturés en moyenne 0,34 euros par litre, équivaudraient à une surfacturation de 382 millions d’euros sur les factures des consommateurs ! Personne n’a donc intérêt, tant du côté public que du côté privé, a réparé des fuites qui sont synonymes de manne financière, elles représentent 25% du chiffre d’affaires des distributeurs d’eau !

 

Le vieillissement du réseau menace la qualité de l’eau

 

Mais au delà du risque qui pèse sur la ressource – peut-on continuer à gaspiller 25% de notre eau alors que nous sommes confrontés au réchauffement climatique ? – le vieillissement du réseau menace également la qualité de l’eau. Les « anciens branchements en plomb ou les canalisations plus récentes en PVC, sont susceptibles de relarguer des composés dans l’eau du robinet » expliquent les auteurs de l’enquête. Si les branchements en plomb sont souvent remplacés, les canalisations en PVC datant d’avant 1980 relâchent du chlorure de vinyle monomère, un résidu fortement suspecté d’être cancérigène. 5% des canalisations, desservant 600 000 personnes, sont porteuses de ce risque sanitaire.

 

Dans ce contexte, il est urgent de définir un nouveau mode de facturation, qui oblige les distributeurs d’eau à assumer le coût financier de ces fuites. Faute de quoi, il sera toujours plus rentable de gaspiller et distribuer une eau à la qualité plus qu’incertaine !



 

http://www.agoravox.fr/actualites/economie/article/fuites-dans-les-canalisations-d-150320

 

Repost 0
Published by Le blogue terrestre (c extra !)
commenter cet article
13 avril 2014 7 13 /04 /avril /2014 08:23
Repost 0
Published by Le blogue terrestre (c extra !)
commenter cet article
12 avril 2014 6 12 /04 /avril /2014 09:15
Repost 0
Published by Le blogue terrestre (c extra !)
commenter cet article
12 avril 2014 6 12 /04 /avril /2014 09:11

vaccin-obligatoire-ecole.jpg

Par La Voix de la Russie

 

Pandémies fictives, lois sur la vaccination obligatoire – ce ne sont que des préparatifs de la stérilisation totale de la population « inutile » de la Terre.

En 1989 une étude Memorandum-200, œuvre du conseiller à la sécurité nationale américaine Henry Kissinger datant de 1974, a été rendue publique. L’étude était consacrée à l’augmentation de la population dans le monde et aux conséquences que celle-ci pourrait avoir pour la sécurité des Etats-Unis et des intérêts américains dans le monde.



En guise de solution le Memorandum-200 proposait de réduire la population des pays en développement ce qui permettrait aux Etats-Unis d’accéder aux ressources naturelles de ces derniers.



Le plan secret de Kissinger a été immédiatement mis en œuvre. Dans les années 1980-1990 la stérilisation est devenue le moyen de contraception le plus populaire en Amérique latine. Plusieurs organisations et agences proposaient la stérilisation mais seulement quelques-unes étaient brésiliennes. Fédération internationale de planification familiale, Pathfinder Fund américain, Association pour la contraception chirurgicale volontaire — toutes les organisations opéraient sous l’égide de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID). En 1989 le gouvernement brésilien, jadis fervent partisan du programme de stérilisation ayant pour l’objectif affiché la lutte contre la pauvreté, a déclaré que ce programme était devenu « excessif et superflu ». Selon certaines données presque 90% de femmes brésiliennes d’origine africaine ont été stérilisées dans le cadre de ce programme.



Depuis 2011 une vaste campagne de stérilisation a été lancée au Rwanda en visant 700 000 hommes. S’étalant sur trois ans, elle est intégralement financée par l’USAID. La campagne est certes volontaire mais « à chaque fois qu’une campagne de stérilisation a des dimensions considérables, elle aboutit à une coercition », fait remarquer le président de l’Institut américain de recherche sur la population (Population Research Institut) Steven Mosher. Il considère que « les conséquences pour la vie familiale et le développement économique du Rwanda seront assez tangibles » et qu’il s’agit du « meilleur moyen » de prévenir le SIDA. Il oublie cependant que les lois américaines interdisent à financer des avortements forcés et des stérilisations.



Il ne s’agit que des plusieurs exemples de ce qui se passe un peu partout dans le monde. Dans une guerre pour les ressources la fin justifierait les moyens surtout si l’augmentation de la population compromet l’avenir économique des pays développés, dirait Kissinger. Mais il ne faut pas oublier que la stérilisation forcée est constitutive d’un crime contre l’humanité, si elle est pratiquée de façon importante et systématique. Ses auteurs devront alors être jugés par la Cour pénale internationale.



 

http://french.ruvr.ru/2014_04_11/Les-Etats-Unis-sterilisent-la-population-des-pays-en-developpement-3356/

 

Repost 0
Published by Le blogue terrestre (c extra !)
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de lebulldozerdanslatete.over-blog.com
  • Le blog de lebulldozerdanslatete.over-blog.com
  • : J'ai acheté un bouquin qui s'appelle "Apprenez le Riche en 3 minutes", ça fait une heure que j'y suis dessus, j'ai RIEEEEN COOOOMPRIS !
  • Contact

`

Recherche

.

Archives