Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 14:58
Membres Pussy Riot Nadezhda Tolokonnikova (R) et Maria Alyokhina parler aux médias lors d'une conférence de nouvelles à Moscou, le 27 Décembre 2013. (Reuters / Tatyana Makeyeva)

Membres Pussy Riot Nadezhda Tolokonnikova (R) et Maria Alyokhina parler aux médias lors d'une conférence de nouvelles à Moscou, le 27 Décembre 2013. (Reuters / Tatyana Makeyeva)

 

Les membres récemment libérés de groupe punk Pussy Riot disent qu'elles ne seront pas de poursuivre leur projet musical, mais vont plutôt se battre pour les Droits de l'Homme en Russie. Les femmes comptent sur crowdfund pour un groupe de l'homme et ont invité Khodorkovski et Navalny à les rejoindre.

 

Nadezhda Tolokonnikova de Pussy Riot et Maria Alyokhina tenu une conférence de presse vendredi à Moscou, en annonçant leur intention de créer un groupe appelé Droits de l'Homme "Zone de l'Homme." Les deux ont parlé aux journalistes qq jours après leur libération anticipée en vertu de l'amnistie du président Poutine, avec Tolokonnikova payer une courte visite à sa famille et de l'enfant avant la biche. Selon Tolokonnikova, elle et Alyokhina n'ai pas l'intention de quitter la Russie, car elles ont "beaucoup de travail à faire" dans le pays avec les questions des droits de l'homme et les activités politiques possibles. Cependant , leurs jours de Pussy Riot pourraient être plus. Nadezhda a souligné à plusieurs reprises qu'elle croit que le projet punk a pris une dimension mondiale, ajoutant qu'elle ne possède pas la "marque". "La question sur Pussy Riot ne devrait pas être abordée seulement pour nous, que ce projet vit séparément de nous, dans beaucoup de différents formes à travers le monde, " a déclaré Tolokonnikova, ajoutant qu'elle pourrait ensuite prendre part à d'autres «expériences de musique." Mais pour l'instant, les deux femmes seront en train de créer leur nouveau groupe de l'homme, dont elles espèrent faire en étroite »idéologique et conceptuelle «La coopération avec les chiffres controversés comme chef de l'opposition Aleksey Navalny et l'ancien magnat du pétrole Mikhaïl Khodorkovski, qui est parti pour l'Allemagne la semaine dernière après avoir été graciés et libérés de prison pour "raisons humanitaires"

Tolokonnikova a souligné qu'elle et Alyokhina ne demandera pas l'un d'eux pour le parrainage, bien que n'ayant pas les fonds pour créer le groupe. Au lieu de cela, ils prévoient de lever des fonds par le crowdfunding (La finance participative - ou crowdfunding - est une expression décrivant tous les outils et méthodes de transactions financières qui fait appel à un grand nombre de personnes pour financer un projet). - une manière de plus en plus populaire de recueillir les dons du public via Internet. La méthode est souvent utilisée par les militants et les artistes. La "Zone de l'homme," qui portera en particulier sur l'amélioration du système pénal de la Russie et de défendre les droits des prisonniers, a été inspiré par les conditions difficiles que Tolokonnikova qui affirme avoir observé tout en purgeant sa peine de prison. Elle a fait une grève de la faim en Septembre, pour protester contre ce qu'elle a dit était des violations des droits des détenus, y compris le travail dur et les longues heures de travail pour les femmes, ainsi que des menaces personnelles à sa vie. Les autorités ont nié les allégations de Tolokonnikova, mais ont lancé une enquête officielle qui n'a trouvé aucune preuve de violations de la colonie pénitentiaire féminine. La Commission de surveillance publique a déclaré que ces allégations "ne s'est jamais produit n'importe où» et que toutes les colonies "sont vérifiées régulièrement."

 

 

Membre du groupe punk Pussy Riot Nadezhda Tolokonnikova, libéré de prison anticipée en vertu d'une amnistie, lors d'une conférence de nouvelles à la chaîne de télévision Dozhd. (RIA Novosti / Alexey Kudenko)

Membre du groupe punk Pussy Riot Nadezhda Tolokonnikova, libéré de prison anticipée en vertu d'une amnistie, lors d'une conférence de nouvelles à la chaîne de télévision Dozhd. (RIA Novosti / Alexey Kudenko)


La grève de la faim des prisonnières Tolokonnikova a inspiré à la colonie pénitentiaire à proximité pour les hommes, qui ont décidé de protester de la même manière. Le mouvement a déclenché une enquête criminelle sur les activités de certains des surveillants de la prison, a annoncé le Comité d'enquête russe en Novembre. Lors de sa libération, Tolokonnikova a affirmé que ses actions ont donné des résultats, et qu'elle continuera combat "pour maintenir le système en air. " Ses déclarations ont été reprises par Alyokhina, qui a déclaré vendredi que il y a des prisonniers "au bord de la vie et la mort" dont les droits doivent être défendus. Les deux ont dit qu'ils sont également prêts à travailler avec le clergé de leur mission. Plus tôt lundi, Alyokhina a déclaré aux journalistes qu'elle regrette le groupe ne pouvait pas «finir la chanson" à Moscou 'La cathédrale du Christ Sauveur' en Février 2012, qui qu'ils ont appelé un "punk prière." À la suite de la chanson, les deux femmes ont été arrêtées et emprisonnés sur des accusations de hooliganisme aggravé.

 

 

Membre du groupe punk Pussy Riot Maria Alyuokhina, libéré de prison anticipée en vertu d'une amnistie, lors d'une conférence de nouvelles à la chaîne de télévision Dozhd. (RIA Novosti / Alexey Kudenko)

Membre du groupe punk Pussy Riot Maria Alyuokhina, libérée de prison anticipée en vertu d'une amnistie, lors d'une conférence de nouvelles à la chaîne de télévision Dozhd. (RIA Novosti / Alexey Kudenko)


La mélodie politiquement chargée a été réalisée par Pussy Riot près de l'autel de la cathédrale, et a suscité un débat houleux autour de savoir si le choix de la bande de lieu était approprié, compte tenu du fait que certains au sein de la communauté religieuse sentir offensé par suite de l'action. La vidéo diffusée plus tard sur Internet était un anti-gouvernement «prière» pleine d'obscénités.

 

Mais la peine de prison de deux ans desservi par deux des membres du groupe a suscité la critique internationale et a déplacé le centre de la discussion de revendications que les femmes ont été victimes de persécutions politiques. Vsevolod Chaplin, un représentant de l'Église orthodoxe russe, le lundi a suscité l'espoir que le membres Pussy Riot ne seront pas de répéter leur performance controversée. "J'espère que les femmes seront en mesure de repenser l'acte qu'elles ont commis dans la cathédrale et de comprendre combien de douleur il a causé aux croyants», dit Chaplin, cité par ITAR-TASS. Selon Chaplin, "la foi, la patrie, les perspectives et le choix moral d'une personne ne devraient pas être soumis à des pressions de toutes manipulations politiques ou médiatiques." Il a ajouté que l'église sera toujours de protéger ses sites sacrés et exhorter le gouvernement à les protéger "par tous les moyens légaux disponibles." Il dit que l'Eglise était "ouvert au dialogue" avec les membres de Pussy Riot, s'ils en ont le désir de commencer une telle conversation.

 

http://rt.com/politics/pussy-riot-rights-group-883/

Partager cet article

Repost 0
Published by Le blogue terrestre (c extra !)
commenter cet article

commentaires

Le blogue terrestre (c extra !) 08/01/2014 15:13

Je propose qu'elles prennent le nom des impénétrables "Antilopes"

Présentation

  • : Le blog de lebulldozerdanslatete.over-blog.com
  • Le blog de lebulldozerdanslatete.over-blog.com
  • : J'ai acheté un bouquin qui s'appelle "Apprenez le Riche en 3 minutes", ça fait une heure que j'y suis dessus, j'ai RIEEEEN COOOOMPRIS !
  • Contact

`

Recherche

.

Archives