Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 août 2013 6 17 /08 /août /2013 14:33

Or barre sur barres

 

 

L'or est une matière arrêtée à 170.000 tonnes extractées et quelques menues 2000 de sorties encore par an (en 'raclant les fonds de tirroirs'). Donc, effectivement, son prix ne peut que monter. Sa rareté produit donc une élévation de la demande. Or, si l'on considère la situation mafieuse que l'or appartiendrait toujours en volume à tirer de l'argent-papier s'y référant, l'on ne peut donc que constater que les pays qui en ont pas (en voutes), ou presque pas (à montrer au public averti), seraient donc dans l'obligation d'être acculés à faire 'une razzia sur le chnouf' par la défenderesse de la confiscation ! Ainsi, bien maladroit qui en a chez lui (ou chez 'le voisin', dès lors qu'il en aurait acheté en banques et révélé son identité !).

 

 Ainsi, la situation conflictuelle et avenirsale est-elle compromise dans le à-quoi-peut-servir cette 'Matière Première' dès lors qu'on en a plus ?! Car, n'oublions pas qu'à une 'konfiskation' s'ajoutera forcément celle de l'interdiction d'en marchander le volume ! (hors des 'marchés officiels').



Donc là - il faut s'attendre - à, d'une part, une recherche tout azimut de métal précieux recouvrant certaines statues ou autres symboles idiomatiques, en vue d'exportation vers des pays où la confiscation n'est pas à l'ordre-du-jour, et, d'autres part, à ne pas négliger la capitalisation de ses revenus en des pays lointains. D'où - pour la première fois - cette modification des valeurs qui appartient dès lors à l'Est plutôt qu'à l'Ouest et que le semblant de dire 'on en a' n'est plus une certitude comme au temps de la monarchie qui tirait des papiers plus qu'il n'y avait d'or.

 

Il s'agit là d'une révolution dans l'entreprenariat où chaque individu - ne voulant pas se faire payer en monnaie de singe - demandera forcément à voir le justificatif de son travail contre papier ! (même si le dit-papelard aurait une valeur inscrite en coins signée/jurée/scratchée qu'il veaux cinquante poulets !).

  

Ainsi, est récemment sorti un 'testeur/affirmeur' sur le marché, pour faire croire - à qui bon est aveugle - que tel ou tel lingot est certifié 99,99% d'or et n'a donc de tungstène caché à l'intérieur. HUM-HUM ! (voir les 'compteurs Geiger' made in Japan !). La confiance règne !

 

Mais, si le public est absorbé par les cours de la Bourse et qu'elle définirait les tendances à prévoir, il semblerait que les Gouvernants-Dirigeants de-la-bonne-aventure voient d'un autre oeil l'avenir de ce monde. Car, a bien y regarder, c'est un monde sans frontière qui est géré et que, l'immigration serait là pour apprendre à produire de même qu'en quelconque pays et qu'il suffirait d'en déplacer les pions pour que le jeu se fasse. D'où, le message 'subliminal' que les bipèdes ont une valeur arrêtée et qu'elle représente une valeur argentique monnayable ! Ainsi, comme depuis toujours, s'aperçoit-on dès lors (!), que l'or n'est qu'un substitut au kilo de viande et - qu'au travers des âges l'on s'était déjà aperçu que l'or n'était pas abiotique (même sans des mesures scalaires) et, qu'un jour, il serait à manquer - il qu'il faudrait compter sur le nombre d'habitants pour justifier de performances.

 

D'où, la probabilité de voir sur Internet des terroristes de partout qui ne cherchent qu'à apprendre ce dont ils ont été dépossédés/privés durant des décennies ou des siècles et de comprendre ce monde 'enchanté du méli-mélo' dont ils appartiennent, et que ce serait mal de connaître.

 

Ainsi, que sur les marchés apparaissent tel ou tel détecteurs de tungstène, devrait-on voir au travers de la NSA de similaires programmes de détection calibrés aux humanoïdes afin d'en déterminer le savoir de chacun comme étant la pire des armes redoutable (ou 'ADM') qui puisse se déplacer impunément et aller jusqu'à faire des petits !

Partager cet article

Repost 0
Published by Le blogue terrestre (c extra !)
commenter cet article

commentaires

Le blogue terrestre (c extra !) 18/08/2013 17:14

Des Américains renoncent à leur passeport à cause du fisc

16 Août 2013

Au deuxième trimestre, le nombre d'Américains bi-nationaux ayant abandonné leur passeport bleu marine a atteint le chiffre record de 1 131.

Evasion fiscale

La décision n'a pas été «facile» pour ce vétéran de la Guerre du Golfe: installé en Suisse depuis vingt ans, Scott Schmith a renoncé à sa citoyenneté américaine pour échapper à ses obligations
fiscales vis-à-vis des Etats-Unis.

«Je n'ai rien à cacher mais je ne veux pas être puni pour avoir choisi de vivre en dehors des Etats-Unis», dit le néo-Suisse, photographe près de Zurich, à l'heure où les avoirs américains à
l'étranger sont placés sous étroite surveillance. A partir de janvier, la loi américaine baptisée Fatca imposera aux banques de certains pays (dont la France et la Suisse) un devoir d'information
sur les comptes de leurs clients américains, sous peine d'importantes pénalités, et renforcera les obligations fiscales pesant sur les expatriés.

Lutte contre l'évasion fiscale

Cas isolé sur le globe, les Etats-Unis imposent déjà à leurs ressortissants de déclarer leurs revenus et leurs comptes bancaires même s'ils sont résidents fiscaux d'autres pays. La loi Fatca, qui
vise à lutter contre l'évasion fiscale, promet d'être une piqûre de rappel douloureuse pour nombre d'entre eux. «Les expatriés (...) réalisent maintenant que les banques vont transmettre des
informations sur leurs avoirs et qu'ils pourraient être considérés comme des délinquants», résume Allison Christians, professeur de droit à l'université McGill, au Canada.

La prise de conscience semble en marche. Au deuxième trimestre, le nombre d'Américains bi-nationaux ayant abandonné leur passeport bleu marine a atteint le chiffre record de 1.131, en hausse de
66,5% par rapport aux trois premiers mois de l'année et de... 492% sur un an, selon des données compilées.

Américains refusés par les banques

Les experts sont formels: ce mouvement, qui reste limité au regard des quelque sept millions d'expatriés américains, doit beaucoup à la nouvelle réglementation américaine dont l'entrée en vigueur a
été plusieurs fois repoussée. «Fatca a été un facteur aggravant», assure Marylouise Serrato, de l'American Citizens Abroad, une organisation de lobbying pour les expatriés. «Avec cette loi, il
devient très difficile pour les Américains de vivre normalement à l'étranger».

Certaines banques commenceraient ainsi à refuser des expatriés américains afin d'esquiver les tracas administratifs et ne pas risquer d'être dans le collimateur de l'Internal Revenue Service (IRS),
le fisc des Etats-Unis, comme UBS l'avait été en 2009. Scott lui-même affirme en avoir été victime quand sa banque a clos ses deux comptes à l'été 2012.«De plus en plus d'expatriés américains se
retrouvent dans un trou noir financier», déclare dans un communiqué Nigel Green, patron du groupe de conseil financier deVere.

Nombre d'entre eux font dès lors face à un «terrible dilemme»: renoncer à leur citoyenneté ou se plier à des règles ultra-complexes qui nécessitent souvent l'aide coûteuse d'un expert fiscal, selon
Peter Spiro, professeur de droit à l'Université Temple de Philadelphie.«Si vous faites un raisonnement rationnel, vous vous demandez si ça vaut la peine de garder sa citoyenneté américaine face au
fardeau administratif et au risque de pénalités accrues», explique-t-il.

Renoncement effectif

Cette solution peut par ailleurs s'avérer trompeuse. «Un expatrié pourrait toujours être contraint de remplir une déclaration de revenus» américaine même s'il a renoncé à sa nationalité, explique
un porte-parole de l'IRS. Pour que le renoncement soit effectif, les expatriés doivent en réalité établir qu'ils se sont acquittés de leurs obligations fiscales au cours des cinq précédentes
années.

Contacté par l'AFP, le Trésor américain n'a pas fait de commentaire. Objet de fantasmes et d'amalgames, la loi elle-même n'est pas en cause, selon Mme Christians. «Le véritable problème, c'est ce
système de taxation basée sur la citoyenneté», détaille-t-elle. «S'il y avait un système basé sur la résidence, une loi Fatca permettrait de s'en prendre vraiment à ceux qui essayent de cacher de
l'argent à l'étranger». Scott, lui, n'aura plus à s'en soucier mais il en paie le prix: il ne pourra désormais retourner dans son pays natal qu'en simple touriste.

http://www.bilan.ch/economie/des-americains-renoncent-leur-passeport-cause-du-fisc

Présentation

  • : Le blog de lebulldozerdanslatete.over-blog.com
  • Le blog de lebulldozerdanslatete.over-blog.com
  • : J'ai acheté un bouquin qui s'appelle "Apprenez le Riche en 3 minutes", ça fait une heure que j'y suis dessus, j'ai RIEEEEN COOOOMPRIS !
  • Contact

`

Recherche

.

Archives