Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 décembre 2013 3 18 /12 /décembre /2013 18:36

Marion.jpg17/12 | 21:23

 

Marion Maréchal-Le Pen (FN) a livré mardi une charge contre l'abandon d'une créance de l'Etat pour renflouer "le moribond journal L'Humanité", face à laquelle le ministre délégué au Budget Bernard Cazeneuve a défendu la liberté de la presse comme cruciale pour la République.


"Le gouvernement de la République socialiste s'est surpassé en faisant adopter en douce un amendement prélevant 4 millions d'euros d'argent des contribuables pour renflouer une nouvelle fois le moribond journal L'Humanité. Cette mesure est scandaleuse, clientéliste et économiquement stupide", a lancé la députée du Vaucluse à la tribune avant la nouvelle lecture du projet de budget rectificatif 2013.


Le gouvernement a renoncé à une créance de quatre millions d'euros sur le quotidien l'Humanité, en grosses difficultés financières, via un amendement au projet de budget rectificatif voté par les députés en première lecture le 6 décembre.

Outre "un titre intimement lié au Parti communiste qui a successivement soutenu Staline, Mao, Pol Pot, la répression des dictatures communistes de l'Est pendant 45 ans, les attentats du FLN", la députée du parti d'extrême droite a dénoncé un journal "structurellement déficitaire qui ne vit que d'abondantes subventions publiques et demeure la publication la plus aidée de France en dehors même de cet abandon de créance".


Alors que la benjamine de l'Assemblée n'était plus dans l'hémicycle, le ministre a épinglé cette "indignation à la tribune de l'Assemblée pendant cinq minutes pendant un débat budgétaire qui a duré des semaines", jugeant qu'elle aurait dû attendre sa réponse "sinon c'est que l'accusation est feinte".


Sur le fond, M. Cazeneuve a défendu le bien-fondé de la mesure: "La République est une chose très fragile" et "il faut toujours être très précautionneux avec les éléments qui font la force de la République", parmi lesquels "la liberté de la presse".

Le ministre a démenti "un soutien à tel titre plutôt qu'à tel autre sous prétexte que tel titre penserait bien et tel autre mal" et noté n'avoir "pas senti un enthousiasme particulier pour la politique budgétaire" gouvernementale dans l'Humanité. Il a assuré que "le soutien à la presse concerne tous les titres parce que, dans la République, le pluralisme de la presse (...) est consubstantiel à la démocratie".


"Qu'on s'indigne qu'il puisse en être ainsi est de nature à m'inquiéter grandement", a-t-il ajouté.
Le ministère de la Culture a publié jeudi sur son site internet le montant total des aides attribuées en 2012 à quelque 200 titres de presse: avec plus de 18 millions d'euros chacun, Le Monde et le Figaro arrivent en tête.
L'Humanité se classe en onzième position avec plus de 6 millions d'euros.



 

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/tech-medias/actu/afp-00571929-l-humanite-charge-de-la-deputee-fn-marechal-le-pen-contre-l-abandon-d-une-creance-de-l-etat-637919.php

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Le blogue terrestre (c extra !)
commenter cet article

commentaires

Le blogue terrestre (c extra !) 18/12/2013 18:50

Proposition des USA d'amnistier Snowden : un piège ?

Par La Voix de la Russie

La CIA américaine est disposée à solliciter l’indulgence de son ex-agent Edward Snowden. Dans ce contexte, ce dernier pourrait échapper à la responsabilité pénale et être amnistié. Le représentant
de la CIA Rick Leggett n’exclut pas une telle proposition de la part des Etats-Unis. Ce sera possible si l’ex-agent cesse de publier les informations confidentielles qui ont déjà provoqué beaucoup
de dégâts au gouvernement du pays. Par ailleurs, ne serait-ce pas un piège visant à faire rentrer Snowden aux Etats-Unis dans le but de l’arrêter ?
La liberté et la patrie en échange du silence : voilà une proposition séduisante, surtout pour un patriote américain comme l’est Snowden. Néanmoins, cette proposition est peu avantageuse pour un
humaniste et un militant acharné de la vérité. En l’occurrence, au faîte de sa popularité et avant d’avoir obtenu un asile provisoire en Russie, Snowden s’est proclamé militant des droits de
l’homme, révélateur des méthodes illégales des services secrets.
Or, les raisons de Washington sont claires. Craignant que Snowden dispose toujours de 1,5 million de documents secrets, les Etats-Unis espèrent avoir des garanties que ces informations ne seront
pas révélées. La nouvelle proposition de Washington est une façon d’engager Moscou à coopérer afin d’extrader l’ex-agent de la CIA, estime l’expert de l’Institut des Etats-Unis et du Canada
Vladimir Vassiliev.
« Je crois que Snowden a porté un coup colossal aux intérêts nationaux des Etats-Unis. Selon les directeurs du Comité de renseignement du Sénat, il n’est pas question de pardonner Snowden. C’est
l’opinion du Parlement. Pire : pas question d’amnistie. Après WikiLeaks, les Etats-Unis craignent de ce type d'incident. Snowden apparaît comme une des personnes les plus populaires au monde dans
le dernier numéro du Times. Les Etats-Unis ont peur de sa popularité. »
Par contre, cet avis n'est pas partagé par le patron de la NSA, le général Keith Alexander, qui s’oppose à l’amnistie, ainsi qu’une grande partie de ses collègues. Apparemment, cette position sans
compromis n’est pas très logique, parce qu’il vaut mieux sans doute sacrifier la punition d’un citoyen américain afin de garder secrètes les données de la plus grosse corporation dans le domaine de
la sécurité. Les Etats-Unis doivent choisir entre deux maux : s'apprêter à des nouvelles révélations, ou pardonner leur auteur. Au micro, le directeur de l’Institut de la planification et du
pronostic stratégique Alexandre Goussev.
« La dernière proposition des Etats-Unis concernant le retour de Snowden dans sa patrie semble masquer un autre déroulement des faits où l’ex-agent sera arrêté. Or, ni lui, ni ses amis et
collaborateurs sur lesquels il s’appuie dans son activité, ne vont collaborer avec les Etats-Unis ni la CIA. Il projette sans doute de trouver un pays convenant, la Russie ou un autre, mais pas les
Etats-Unis. D’ailleurs, la question suivante se pose : comment peut-on amnistier une personne qui n’a même pas été jugée ? »
Pour l’instant, nous ignorons quelle décision va prendre Snowden. Une chose est pourtant claire : il a terni la réputation des Etats-Unis surtout aux yeux de l’Europe. Cela traduit la crise
actuelle entre Washington et la plupart des capitales européennes. C’est pourquoi il est peu probable que Snowden soit pardonné.

Ilia Kharlamov

http://french.ruvr.ru/2013_12_17/Une-nouvelle-proposition-des-Etats-Unis-serait-ce-un-piege-pour-Snowden-1417/

Le blogue terrestre (c extra !) 18/12/2013 18:47

Proposition des USA d'amnistier Snowden : un piège ?

Par La Voix de la Russie

La CIA américaine est disposée à solliciter l’indulgence de son ex-agent Edward Snowden. Dans ce contexte, ce dernier pourrait échapper à la responsabilité pénale et être amnistié. Le représentant
de la CIA Rick Leggett n’exclut pas une telle proposition de la part des Etats-Unis. Ce sera possible si l’ex-agent cesse de publier les informations confidentielles qui ont déjà provoqué beaucoup
de dégâts au gouvernement du pays. Par ailleurs, ne serait-ce pas un piège visant à faire rentrer Snowden aux Etats-Unis dans le but de l’arrêter ?

La liberté et la patrie en échange du silence : voilà une proposition séduisante, surtout pour un patriote américain comme l’est Snowden. Néanmoins, cette proposition est peu avantageuse pour un
humaniste et un militant acharné de la vérité. En l’occurrence, au faîte de sa popularité et avant d’avoir obtenu un asile provisoire en Russie, Snowden s’est proclamé militant des droits de
l’homme, révélateur des méthodes illégales des services secrets.

Or, les raisons de Washington sont claires. Craignant que Snowden dispose toujours de 1,5 million de documents secrets, les Etats-Unis espèrent avoir des garanties que ces informations ne seront
pas révélées. La nouvelle proposition de Washington est une façon d’engager Moscou à coopérer afin d’extrader l’ex-agent de la CIA, estime l’expert de l’Institut des Etats-Unis et du Canada
Vladimir Vassiliev.

« Je crois que Snowden a porté un coup colossal aux intérêts nationaux des Etats-Unis. Selon les directeurs du Comité de renseignement du Sénat, il n’est pas question de pardonner Snowden. C’est
l’opinion du Parlement. Pire : pas question d’amnistie. Après WikiLeaks, les Etats-Unis craignent de ce type d'incident. Snowden apparaît comme une des personnes les plus populaires au monde dans
le dernier numéro du Times. Les Etats-Unis ont peur de sa popularité. »
Par contre, cet avis n'est pas partagé par le patron de la NSA, le général Keith Alexander, qui s’oppose à l’amnistie, ainsi qu’une grande partie de ses collègues. Apparemment, cette position sans
compromis n’est pas très logique, parce qu’il vaut mieux sans doute sacrifier la punition d’un citoyen américain afin de garder secrètes les données de la plus grosse corporation dans le domaine de
la sécurité. Les Etats-Unis doivent choisir entre deux maux : s'apprêter à des nouvelles révélations, ou pardonner leur auteur. Au micro, le directeur de l’Institut de la planification et du
pronostic stratégique Alexandre Goussev.

« La dernière proposition des Etats-Unis concernant le retour de Snowden dans sa patrie semble masquer un autre déroulement des faits où l’ex-agent sera arrêté. Or, ni lui, ni ses amis et
collaborateurs sur lesquels il s’appuie dans son activité, ne vont collaborer avec les Etats-Unis ni la CIA. Il projette sans doute de trouver un pays convenant, la Russie ou un autre, mais pas les
Etats-Unis. D’ailleurs, la question suivante se pose : comment peut-on amnistier une personne qui n’a même pas été jugée ? »
Pour l’instant, nous ignorons quelle décision va prendre Snowden. Une chose est pourtant claire : il a terni la réputation des Etats-Unis surtout aux yeux de l’Europe. Cela traduit la crise
actuelle entre Washington et la plupart des capitales européennes. C’est pourquoi il est peu probable que Snowden soit pardonné.
Ilia Kharlamov

http://french.ruvr.ru/2013_12_17/Une-nouvelle-proposition-des-Etats-Unis-serait-ce-un-piege-pour-Snowden-1417/

Le blogue terrestre (c extra !) 18/12/2013 18:44

Vu qu'Edward Snowden n'a de leçon de patriotisme de recevoir de personne, il est évident qu'il n'acceptera pas le piège des terroristes ni leurs menaces de l'étriper. Mais, comme les enchères
semblent monter au fil des jours et que ce qui resterait à être révélé ferait partie du 'gros morceau', l'on a pas fini d'en découvrir les retournements. Ainsi, les données décryptées peuvent faire
l'objet de transactions 'au plus haut prix' envers tel ou tel pays découvertes dans les écoutes et les mails.
Ainsi, l'on est loin, très loin des 'terroristes' qui seraient été écoutés et de l'ensemble des internautes du monde entier archivé, car justement, ce qui reste à venir va peut être dire pourquoi
ils sont des milliards sur Terre à être écoutés & archivés alors que leur vie est tout-à-fait commune.

Notons aussi que les ordres d'achats ou de ventes en Bourses peuvent aussi faire partie du gros morceau à examiner pour y découvrir les trucages ainsi que les noms et adresses des commanditaires !

Présentation

  • : Le blog de lebulldozerdanslatete.over-blog.com
  • Le blog de lebulldozerdanslatete.over-blog.com
  • : J'ai acheté un bouquin qui s'appelle "Apprenez le Riche en 3 minutes", ça fait une heure que j'y suis dessus, j'ai RIEEEEN COOOOMPRIS !
  • Contact

`

Recherche

.

Archives